Aux confins de l’extrême orient russe s’étend la Sibérie, une région du monde qui paraît échapper à l’Histoire.

C’est un monde à part, un immense territoire longé par l’océan Pacifique et où vivent de nombreuses et diverses populations dont certaines sont restées totalement à l’écart de la civilisation.

Mais la Sibérie est aussi une contrée traversée par de nombreuses et majestueuses rivières dont quelques’unes sont connues comme étant les meilleures du monde pour la pêche sportive du saumon pacifique…

Nulle autres rivières de cette région du monde n’égalent la Yama et la Dulakan (un affluent de la rivière Yama), qui sont envahies chaque année par des centaines de milliers de saumons “chum”, “sockeye” ou “coho”. Ce dernier, le silver salmon (ou “Coho”) est le plus combatif et celui que l’on peut prendre au lancer mais aussi, facilement, à la mouche.

Il est donc le but du voyage, mais pas le seul, puisque les eaux de la Yama et de la Dulukan abritent d’autres poissons qui valent le déplacement comme l‘ombre (grayling) et l‘omble, qui peut atteindre là – bas 70 cm et même plus d’un mètre pour le fameux Kundja.

Impossible de faire le compte des poissons pouvant être pris pendant une journée de pêche tant ils peuvent être nombreux ; mais ce qui est sûr, c’est que personne ne revient bredouille d’un séjour sur les bords des  rivières Yama et Dulukan.

Quant aux techniques de pêche, la pêche à la mouche – en sèche pour l’ombre et l’omble – est conseillée tant le nombre de poissons rend celle-ci efficace, la pêche au lancer étant celle permettant un grand nombre de prises et de prendre avec plus de facilité les silver salmon qui remontent la rivière à l’époque de votre voyage.

Tous nos séjours de pêche seront organisés entre la mi-août et la mi-septembre, période pendant laquelle les silver salmon remontent les rivières de Sibérie.

Descendre une rivière en bateau et la pêcher permet de découvrir des parcours inaccessibles à partir d’un campement fixe ; et la rivière Dulukan, tout comme la Yama, se prêtent tout particulièrement bien à ce genre de découverte.

Bordée de forêts – peuplés d’ours  et d’orignaux, de loups et de renards – les rivières Yama et Dulukan offrent plusieurs parcours, les uns tumultueux et aux eaux rapides, les autres plus lents, lorsqu’elles traversent les très larges vallées successives qui ralentissent ses flôts. Là, les grandes  lisses  alternent avec les  petits pools bien marqués et les vastes gravières ; et il y en a vraiment pour tous les goûts , la pêche au streamer, à la nymphe ou à la mouche sèche pouvant être pratiquées, selon vos envies, tout au long d’une journée de pêche.

Vous descendrez la rivière à bord de bateaux pneumatiques, à votre rythme et en vous arrêtant pour pêcher ici ou là ; et chaque soir le campement (tente-salle à manger pour les repas et tentes pour l’hébergement des pêcheurs) sera monté sur les bords de la rivière.

Il faut noter cependant que si les organisateurs de ces séjours maîtrisent bien leur sujet – et tout ce qui est en leur pouvoir sera fait pour que votre séjour se déroule dans d’excellentes conditions-, ce qu’ils ne maîtrisent pas, c’est le temps, qui peut être capricieux et changeant à l’époque où nous organisons nos voyages en Russie.

Des retards dans les déplacements en hélicoptères et dans le déroulement de votre voyage pourront donc intervenir et ceux-ci, qui seront indépendants de notre volonté, ne pourront pas engager notre responsabilité.

Prix par pêcheur :
– groupe de six pêcheurs                           : 3.100 €
– groupe de huit pêcheurs                         : 3.700 €

Ces prix comprennent :
– l’organisation du séjour pendant dix jours incluant les transferts en voiture
depuis Magadan jusqu’à un affluent de la rivière Yama et retour vers Magadan
en hélicoptère, et l’organisation des journées de pêche.

Mais ces prix ne comprennent pas :
– le transport aérien Paris / Magadan et retour,
– les nuits d’hôtel et repas à Magadan (si nécessaire),
– les assurances annulation du séjour, accident et rapatriement.